2795488321_small_1

Comme environ 95% des Toulousains dimanche, nous avons regardé la rencontre face aux Harlequins qui devait marquer officiellement la qualification du Stade Toulousain pour les quarts de finale. Certains se sont même permis le luxe de se rendre au Stadium pour l’occasion. Malheureusement, le plan ne s’est pas déroulé sans accroc n’en déplaise àGuy Novès. La faute à des anglais conquérants, un peu truqueurs, une pelouse en kit mais aussi et surtout à des toulousains à côté de leurs pompes.Enfin presque tous à vrai dire. Si on ne pourra rien faire pour essayer de sauver le soldat Médard, il faut cependant reconnaître l’excellente rentrée de Florian Fritz. Aussi rapides que nous avons été pour nous foutre de lui précedemment, nous souhaitons maintenant soutenir sa candidature à une place en équipe de France de rugby à XV. Nous avons donc trouvé 10 bonnes raisons (on ne change pas de formule) de faire une petite place à Florian parmi les Estebanez, Rougerie, Marty et Mermoz…

 

La première et certainement l’une des meilleures raisons, c’est que Guy Novès va encore râler. Déjà bien colère après la sélection de nombreux toulousains pour la Coupe du Monde, imaginez sa réaction si Philippe Saint-André venait réquisitionner le second centre. Tout comme Poitrenaud et Jauzion, Fritz avait regardé la dernière compétition depuis son canapé, et plus globalement la plupart des matchs sous l’ère Lièvremont. Mais PSA a maintenant pris les commandes de la sélection, et les choses pourraient bien changer, surtout après cette fameuse lettre anonyme ! On devrait encore entendre parler de doublons pendant quelques temps…

Florian Fritz, c’est quoi qu’on en dise l’assurance d’un match animé et ce quelque soit la manière d’y parvenir. Du coup, les bookies ou même les sites de paris en ligne (on ne cite pas de marque mais vous avez compris l’idée) pourront proposer de miser sur la minute à laquelle il recevra son carton jaune.  Et pour corser le tout, il s’agira de deviner le motif de la sanction. Et dans ce domaine-là, Florian a plus de polyvalence que Damien Traille : fourchette (bien avant Rougerie), plaquage cathédrale (bien avant Estebanez), bagarre, noms d’oiseaux à l’encontre de l’arbitre, capacité à se trouver au mauvais endroit au mauvais moment…

Honnêtement, et sans chauvinisme exacerbé, c’est quand même autre chose que Mathieu Bastareaud ou Fabrice Estebanez ! Faisons le point si vous le voulez bien. S’embrouiller avec le staff : fait. Se faire détester par un stade : fait. Se faire suspendre dans une compétition importante pour un geste un peu idiot : fait. Et tout ça en alignant des prestations somme toute très correctes en club, ce qui n’est pas encore le cas pour les deux premiers cités.

Parmi ses qualités, il faut tout de même noter qu’il est un très bon défenseur, dur au mal et plaqueur en série. Après, il n’y peut rien si ces foutus attaquants ne pèsent pas plus lourd qu’un sac de riz ! En tout cas, il a encore démontré dimanche sa capacité à bien défendre et Danny Care a du prier très fort en le voyant monter sur lui à toute vitesse, le ratant de quelques centimètres.

Si Florian Fritz intègre l’équipe de France, cela signifiera certainement la non-sélection de David Marty, habituel titulaire du poste. Au vu du début de saison de l’USAP, l’hypothèse semble de plus en plus probable et les fervents défenseurs du catalan préparent certainement déjà une riposte, une campagne de soutien, un lobbying pour contester cette décision. Et tout ça commandité à coup sûr par nos confrères de la Boucherie (désolé pour la délation). Mais nous tenons d’ores et déjà à rassurer ces gens-là. D’après des études statistiques très sérieuses menées en collaboration avec une grande université américaine, le pourcentage de passes de l’équipe de France ne s’en trouvera pas affecté et les ailiers devraient pouvoir encore passer quelques matchs tranquilles.

Et puisque nous parlions de la Boucherie Ovalie, envisageons un scénario idéal qui les ravira à coup sûr : Philippe Saint-André dans un élan de romantisme, décide d’appeler Florian Fritz mais également de conserver David Marty… Vous imaginez un peu ? On ajoute ensuite le meilleur marqueur du Stade Français, Pascal Papé, et l’on obtient le trio magique qui associera pour toujours les mots raffinement  et classe au nom de l’équipe de France de rugby. Pour pousser le vice un peu plus loin, on peut même songer à convoquer Bastareaud et ainsi constituer les 4 Fantastiques. Mais n’en demandons pas trop.

Bon pour ce qui est de toute la tracasserie administrative, on espère que Florian aura depuis remis son passeport à jour, ça faurait mauvais genre sinon. Puis de toute façon, après son passage à Toulon, Philippe Saint-André doit être suffisamment calé dans tout ce qui concerne les visas internationaux et autres formalités.

Pour ceux qui n’apprécieraient toujours pas Florian Fritz (pourtant il est attachant) nous allons maintenant vous démontrer que cette sélection est dans votre intérêt. Si vous avez bien lu le premier paragraphe, ou n’importe quelle interview de Guy Novès pendant ces dix dernières années, vous avez compris que le Stade se retrouve pillé au moment de jouer les matchs importants. Sans Fritz, plus de second centre à part Yann David. Du coup, le garçon va enchainer les matchs, prendre confiance, monter en puissance, apprendre aux côtés du vieux sage,être appelé en équipe de France et finalement prendre la place de Fritz. CQFD.

En parlant de prendre la place en équipe de France, il est temps de revenir sur un cas que nous avons trop vite oublié après la Coupe du Monde et que la sélection de Fritz permettra de régler une bonne fois pour toute. Damien Traille… Passé à travers les mailles du filet grâce à sa polyvalence (comprenez la capacité à jouer à tous les postes, pas nécessairement bien)le biarrot bénéficiait d’un tout dernier argument auquel même ses plus fervents supporters ne croit plus vraiment : son jeu au pied long! Pour information, Fritz tape des drops et des pénalités de 55 mètres si besoin. Et est droitier, contrairement à Parra, Yachvili, Médard et Heymans.

Et enfin, ça serait quand même con que son petit frère (Julien Fritz, joueur de l'USAP et postulant également au poste de second centre) y aille avant lui tout de même!

Bon et puisque c’est Noël, on vous a réservé quelques petits bonus vidéo pour finir de vous convaincre. Sachez d’abord que Fritz a une certaine propension à marquer contre le Stade Français, et à Toulouse on apprécie ce genre de comportement. Fritz a envie, s’engage (parfois un peu trop) et respire le rugby. La preuve, cet essai en H Cup après avoir bien suivi l’action. Remarquez au passage que l’on joue la 4ème minute et que David Skrela porte déjà un bandage sur le crâne…

Voilà Monsieur Saint-André pourquoi il faut réfléchir à l’éventualité de rappeler Florian Fritz en équipe de France. Même si pour cela il faut laisser un des quatres mondialistes à la maison, dont il combine d’ailleurs les qualités.

 

S.K.