Bon c’est officiel, et il n’y a désormais plus aucun moyen de transgresser cette étonnante fatalité. Oui, nous ne sommes pas le B.O. Donc, le Stade Toulousain se retrouve qualifié à l’insu de son plein gré pour cette excitante Amlin Cup, souvent raillée et affectueusement surnommée la H Cup du pauvre, alors qu’on se rappelle tout de même que Toulon l’a disputé. La nouvelle a fait sourire l’Ovalie, et est désormais le sujet préféré des anti-capitolistes, l’argument choc pour taper sur Novès et sa bande. Et on ne peut pas dire qu’on ne l’a pas cherché ou mérité. Mais à vrai dire chez Keposport, nous sommes encore partagés à ce sujet. Destin tragique ou improbable aubaine? Pour dêméler un peu tout ça et vous aider à vous faire votre opinion, nous avons décidé de vous présenter des arguments favorables et défavorables à cette participation. A vous de choisir:


To Be:
- Même si l’on galvaude un peu cette Coupe, qu’on la prend par dessus la jambe, il faut tout de même lui reconnaitre un mérite: ça permettra de faire jouer Vergallo. LOL. Bon OK, pas lui mais plusieurs joueurs du Stade Toulousain peu ou pas utilisés cette saison vont pouvoir trouver du temps de jeu, s’aguérrir, faire leurs armes dans une compétition à l’enjeu limité. Yannick Jauzion va pouvoir compléter ses points retraites, Yannick Nyanga sera titulaire et capitaine et pourra verser quelques larmes, Jean-Marc Doussain s’achètera une confiance dérobée un jour d’Octobre 2011, et enfin Bézy Bis attendra peut-être une année de plus avant de quitter Toulouse.


- Si on commence à se plonger un peu dans les précédents vainqueurs de cette prestigieuse (oui, je suis saoul) compétition, on y découvre des clubs du calibre du … Yachvili Biarritz Olympique (ah, on me signale que cette vanne est périmé, désolé chef). Oui, bon, je dois bien avouer qu’à part eux, je ne sais pas plus que vous qui a pu gagner ce trophée. Donc, bon, si on part du principe que si même eux l’ont gagné, ce serait difficilement concevable de se dire que nous pourrions, éventuellement, la perdre. Et puis, le Stade Toulousain se doit de tout gagner. Enfin, on pourra toujours se servir de ça comme excuse pour expliquer le pourquoi du comment.


- Actuellement, la Amlin Cup est tout à fait ce dont le Stade Toulousain a besoin. Pour faire court, on cherche un truc où il ne faudrait pas trop jouer à la main, si possible ne pas lancer en touche et tant qu’à faire pas de pénalité à taper. Genre pas jouer au rugby. Alors tu peux faire ça pour nous Amlin? Au vu de BO-RCT de l’édition précédente, on a de très bons espoirs. Avec un peu de chance, Florian Fritz tapera un drop à la dernière minute qui rebondira deux fois avant de passer au dessus de la barre et offrira un nouveau titre aux Rouges et Noirs.


- Bon à vrai dire, sur le principe, nous on est pas vraiment contre une non-participation à cette Coupe. Mais il faut alors songer aux conséquences. La première chose, c’est que le Stade n’aura plus qu’à jouer le championnat local, à savoir notre cher Top 14. C’est à dire au pire, une quinzaine de matchs à jouer et des joueurs moins sollicités. Le top? Bien au contraire. On va se retrouver avec un Guy Novès encore plus bougon, orphelin de ses traditionnels chevaux de bataille: les vilains doublons, les jours de récupération volés au Stade Toulousain, et ces cons d’Irlandais qui n’ont que 6 rencontres à disputer dans l’année. Personne n’a envie de ça, participons donc à cette Amlin Cup!


- Quoi ça te fait pas rêver toi l’Amlin Cup? T’as pas les yeux qui brillent à l’évocation de cette compétition? Pourtant, elle va changer le destin des Rouges et Noirs cette saison. Le Stade Toulousain pourrait de nouveau faire illusion sur son jeu, taper des équipes de seconde zone (oui toi l’USAP!), faire rêver ses supporters, vendre des maillots à prix d’or, et finalement prolonger la légende toulousaine! Et tant qu’à imaginer l’impossible, on pourrait rêver que la troupe de Guy réussisse à refourguer Luke Burgess. Il ne restera plus qu’à plier Toulon en finale du Top 14, 6-3 dans ce qui restera la rencontre la plus ennuyeuse de l’histoire du championnat, et le Stade Toulousain aura finalement réussi sa plus belle saison depuis bien longtemps.

Not To Be:

- “Mais m’sieur Novès, désormais le doublé coupe d’Europe et championnat est possible ?” Ceci sont les derniers mots du journaliste de l’Equipe au lendemain de la défaite contre Leicester. Mais ce dernier n’avait pas tort au fond, penser que le plus dur restera de gagner le championnat. Ca ferait quand même bien chier qu’à cause d’une théorie, une prophétie même, on ne puisse pas gagner la coupe d’Europe des pauvres. Alors autant ne pas la jouer pour éviter le ridicule.


- La Amlin Cup? Sérieux? Quand il a appris qu’on était qualifié, Guy Novès a demandé à JBE de lui expliquer ce que c’était. Il paraît que dans l’esprit de Guy Novès, l’Amlin Cup c’était comme les tournois de foot le dimanche après-midi quand on avait 6 ans. On vient, on rencontre des gens pas toujours sympas, on court après un ballon et de toute façon on repart tous avec un trophée à la fin. Imaginez le choc d’apprendre que gagner la coupe donne le droit de venir se faire dézinguer l’année prochaine. Qui l’aurait cru ?


- Alors, vous allez nous dire que nous ne sommes jamais content, que nous avons la critique facile et que l’on dénigre totalement cette compétition. Oui c’est vrai. Mais nous ne sommes pas les seuls. Sachez que Thierry Dusautoir aurait d’ores et déjà demandé à ce que sa participation à la Amlin Cup ne soit jamais mentionnée à son palmarès et retirée immédiatement de sa page Wikipédia. Il faut dire qu’une casserole comme ça, impossible de s’en défaire! Autant vous dire que les Toulousains tirent déjà la tronche à l’idée que leur image de marque soit associé à une Coupe low-cost. Et après quoi? On joue en maillot Kipsta?


- Il y a un dicton qui dit “On ne se souvient que des vainqueurs”. Alors bon, si on se débrouille bien, avec une petite défaite en quart ou en demi-finale, on a toutes nos chances pour passer inaperçu. Si en plus, on se fait discret, on attend que les choses se tassent, on peut être quasiment sur que dans quelques années, tout le monde aura oublié. Il n’y aura aucune preuve d’une participation à l’Amlim Cup du Stade Toulousain. Et puis, s’il en reste un ou deux qui se souviennent, on peut toujours s’en occuper ...


- Les matchs tombent le vendredi soir. Inutile de vous rappeler cette théorie désormais avérée au sein de la planète Ovalie : le match du vendredi soir est aussi intéressant qu’un ivrogne qui tente de vous expliquer la théorie de la relativité. Comme nous sommes “journalistes” mais pas (encore) suicidaires, nous ne nous infligerons pas ça. Et puis de toute façon à ce moment là les Reichels ont leurs devoirs à faire donc de toute façon, le Stade ne pourra pas aligner d’équipe.

L’équipe Keposport