Ce week-end aura lieu le match le plus important de l’histoire du XV de France depuis 4 ans. Après une phase de poules que l’on qualifiera de mitigée, il est temps de se frotter à ce qui se fait de mieux sur la planète rugby: les All Blacks. Si les parieurs sont plutôt sceptiques quant aux chances des Bleus, le débat fait rage sur l’issue de cette rencontre. Notre expertise rugbystique étant limitée, on ne s’aventurera pas à vous livrer le résultat mais on peut au moins vous aider à imaginer tous les scénarios possibles. Et qui dit scénario, dit cinéma:

 

Rocky 2: Les Bleus et les Blacks, c’est une histoire qui dure depuis des décennies et le contentieux est lourd. Le dernier en date, c’est cette finale en 2011. Les Néo-Zélandais sont au sommet façon Apollo Creed, tandis que les Français qui s’apprêtent à les affronter provoquent plutôt sourires et moqueries comme ce pauvre Rocky Balboa. Résultat, une lutte acharnée, un combat plus que serré mais une victoire du favori. Sauf que l’heure de la revanche a sonné et pas question pour Rory Balboa, l’immigré naturalisé, et consorts de passer à côté cette fois. Les deux vont se livrer une bataille mémorable et cette fois, l’étalon sortira vainqueur.

rocky.jpg

 

Rasta Rockett: C’est peu dire que d’avouer que personne ne croit en cette équipe. Ils sont arrivés dans cette compétition en réalisant les minima requis et même leur entraîneur semble parfois un peu abattu (Fais pas la gueule Philippe!). Oui mais voilà, ces garçons là ont un rêve et après une bonne baston dans un bar (la solution miracle) ils sont bien décidés à prouver qu’il n’est pas si ubuesque que ça. A force de volonté, ils vont finir par gagner le respect, à commencer par celui de leurs proches. Mieux, ils réalisent même une superbe performance… et se vautrent à la fin.



Mais où est-donc passé la 7ème Compagnie: L’histoire de ces garçons là, c’est avant tout une succession de hasards. A commencer par leur présence tous ensemble. Ils ne sont pas les plus dégourdis, mais peut-être les plus chanceux. Sans jamais réellement le vouloir, ils vont finir par entrainer la débacle de leurs adversaires, comme un Fred Michalak qui tenterait un drop qui se terminerait en coup de pied à suivre pour l’essai de Dulin. Et le pire, c’est qu’à part eux, personne ne saura jamais qu’ils ne l’ont pas fait exprès. Le plus encourageant, c’est qu’ils rééditent ce genre de bourdes salvatrices dans deux nouvelles aventures, soit la demie puis la finale pour nos Bleus.

.compagnie.jpg

 

300: Chez les Spartiates, c’est marche ou crève. On y tue des loups, on combat à mort et certains taperaient même sur des pneus. Une éducation à la dure qui fait de ses hommes les guerriers les plus redoutés du continent (oui il parait que le staff NZ nous craint). Sauf que quand débarque le plus grand vilain de toute l’histoire des vilains, la situation semble mal embarquée malgré la vaillance des bonhommes. Alors si en plus, un Spartiate recalée au moment de la bataille (coucou Dimitri) décide d’aller donner les plans de jeu à l’adversaire… Résultat, un combat épique, une défaite en forme de victoire, mais une défaite quand même.

300.jpg



L’empire contre-attaque: OK, on leur a déjà pété leur étoile noire une fois. Et bien comme il faut, merci Luke Lamaison. Sauf que maintenant, la situation est un peu moins réjouissante. Notre meilleur élément est parti parfaire son enseignement auprès d’un vieux au dialecte incompréhensible (Yoda parlait afrikaans?) et pendant ce temps là, le reste des troupes galère un petit peu. Problème, on continue à se la jouer rebelle et on va finir par se faire couper la main ou même cryogéniser (bien que Chouly joue toujours au rugby malgré ce handicap). Bon pour résumer, on se fait quand même sacrément savater la face…

empire.jpg

 

La fureur du dragon: Et pourquoi pas ? Un jeune garçon aux origines asiatiques est contactée par sa famille qui se retrouve totalement désemparée, victime de violences et de racket. Ni une, ni deux, il débarque en Europe, le nunchaku sous le bras, bien décidé à casser quelques bouches avant de rentrer à la maison. Et si les méchants sortent de leur manche un spécialiste de la castagne, a.k.a. Sonny Bill Norris? Pas de problème, il subira le même sort que les autres, un bon mawashi-stera, et on n’en parle plus.