Quand il s’agit de politique, à part un double mandat de délégué de classe, il faut dire qu’à la rédaction nous n’y connaissons à peu près rien. Seulement, comme tout le monde, nous n’avons pas pu passer à côté des résultats des élections régionales de dimanche. Comme nous notre truc c’est plutôt le sport et l’extrapolation, on a essayé d’imaginer ce que pourrait devenir le rugby en France si les tendances du premier tour venaient à se confirmer. Et forcément, ça va un peu changer:

 

Evidemment, on l’a suffisamment entendu, l’un des points forts du programme de Marine et consorts, c’est le retour au franc, monnaie disparue à l’orée des années 2000. Oui il y a près de quinze ans et à moins d’avoir vécu dans la Batcave tout ce temps, vous avez comme nous adopté l’euro. A vrai dire, le seul à savoir encore compter en francs c’est ce brave Pierre Camou, qui se régale encore chaque d’année d’offrir une VHS des plus beaux essais à chaque dirigeant. Difficile de contrer cet argument de poids lors des élections à la présidence de la F.F.R, et le voilà repartit pour un mandat. Et oui, encore…

Du côté de Toulon, d’habitude si prompt à taper sur les dinosaures du rugby, on est bien loin de ces considérations. Après des heures à pianoter sur sa Texas Instruments, Mourad s’apprête à signer les premières chèques de salaire en francs… Mais lorsque l’on multiplie un Quade Cooper/mensuel par 6,55957 ça ne rentre plus sur les deux lignes et le dirigeant se trouve dans l’impossibilité d’honorer ces factures, occasion que saisit sans plus attendre le joueur pour regagner l’Australie, rapidement immité par ses compatriotes ce qui a pour effet immédiat de sacrément vider la salle de muscu de la Rade.

De toute façon, tous ces chiffres avant et après la virgule, ça donne des vérifications de comptes interminables ce qui a pour don d’agacer un peu plus la DNACG qui s’empresse de rétrograder 10 des 14 clubs du championnat élite, donnant lieu à un Top 4 tout à fait inédit. Et beaucoup plus court.

Puis à vrai dire, avec un taux de change devenu désastreux, il n’y a plus grand monde d’intéressé pour venir faire une pige en France et le championnat se meurt à petit feu.

titres.png

Ratio des titres sur les 4 prochaines années. Malgré la prononciation de sa remontée immédiate, l’USAP n’a pas réussi à glaner un titre et Paul Goze s’en est donc attribué un. Le reste des clubs ayant été relégués financièrement. Oyonnax n’a connu aucun problème puisqu’il ne payait déjà pas ses joueurs.

 

Mais ce n’est pas grand chose si l’on s’intéresse au deuxième point, les frontières qui redeviennent hermétiques. Fini Schengen, et finis aussi les All Blacks qui se retrouvent dans l’incapacité de venir empocher quelques millions pour venir s’entrainer chez nous en vue de la prochaine Coupe du Monde. Oblié de retourner jouer en Super 15 ou à l’USAP, entre temps rattaché à la Catalogne, ils font face à des effectifs surchargés et foirent totalement la Coupe du Monde 2019 qui reviendra finalement à l’Angleterre (cf. point 3).

A vrai dire, seules les personnes pouvant justifier de deux ans de travail salarié en France sont autorisées à revenir. Oui comme Luke Burgess qui reprend du service du côté de Toulon et obtient dans l’année sa naturalisation devenant le n°9 titulaire aux yeux de Guy Novès. Horrifié, Keposport, les yeux en sang, est obligé de se fendre d’un tweet disant qu’ils regrettent Morgan Parra.

Forcément, faisant face à de sérieux problèmes d’effectif après les nouvelles mesures, le Top14 décide de regarnir ses rangs en piochant allègrement dans le championnat fédéral, le réservoir fidjien étant quelque peu compromis. Et même pour Isabelle Ithurburu, t’as envie toi de payer 20€ d’abonnement mensuel pour regarder des rencontres de Fédérale?

 

camembert-non-accessible.jpg

Les raisons de regarder les résumés du Top 14

 

Enfin il nous faut prendre en compte un dernier point, la sortie immédiate de l’Europe. Première conséquence, c’est un vide de huit années dans le palmarès de la H Cup, mais faisons confiance à l’EPRC pour régler le problème. Le souci est plutôt au niveau sportif puisque des clubs anglais peuvent éventuellement se mettre à gagner. Et donc voir la confiance de leurs joueurs augmenter. Et donc voir leur équipe nationale obtenir de meilleurs résultats. Et donc prendre plus de confiance. Et donc remporter la Coupe du Monde 2019 (voir la courbe en annexe si vous n’avez rien pigé).

Bon et vous vous doutez que qui dit sortie de l’Europe dit aussi plus de Tournoi des VI Nations, cette foutue coupe de de la Communauté Economique du Charbon et de l’Acier. Ce qui laisse en gros à Guy Novès, 5 matchs en 4 ans à disputer, ce qui le rapprocherait très dangereusement de l’emploi fictif. Pour vous dire, même Fabien Galthié a décidé de retirer sa candidature perpétuelle au poste de sélectionneur.

 

Courbe.png

En abscisse (revoyez un peu vos cours de 6ème) le nombre de clubs français se retirant de la H Cup, en ordonnée la confiance des joueurs anglais. Les rechutes, c’est lorsqu’ils se rappellent qu’Owen Farrell est leur demi d’ouverture.