Ces derniers temps, on constate et on entend beaucoup parler de la démocratisation du rugby. Effet Coupe du Monde ou Christian Jeanpierre, la balle ovale devient de plus en plus populaire en France et serait presque sur le point de supplanter le football dans le cœur des supporters. Surfant sur la tendance, un quotidien sportif en a même fait sa question du jour. Mais chez Keposport, on préfère aller contre les modes et puisqu’il est désormais bien vu de regarder du rugby, nous avons décidé de nous coller devant un match de foot. Bon d’accord c’est avant tout parce que c’est une occasion supplémentaire de boire des bières que nous ne pouvions pas refuser. Rendez-vous était donc pris mercredi pour suivre la rencontre proposée par la première chaine, à savoir l’affrontement entre l’Olympique de Marseille et le Bayern Munich. Et bien figurez vous que l’on y a vu des choses sympas, ou en tout cas qui nous ont bien amusées.

Commençons donc par l’avant-match, afin de planter le décor. Déjà, le stade Vélodrome est à moitié vide puisque une tribune entière est littéralement déserte du fait d’une grève des supporters ou de travaux entrepris dans l’enceinte, nous ne saurons jamais. Oui lorsque CJP a probablement donné cette information primordiale, nous en étions encore à décider quelle bière nous devions ouvrir en premier (un débat important !). Bref, la moitié du stade est inoccupée et l’autre est affairée à envoyer un message sympathique à Deschamps et ses troupes, de quoi les motiver avant cette confrontation. En substance, un message rouge sur blanc sur une belle banderole reprenant une expression consacrée par notre actuel président, le pauv’ con en moins. Ambiance donc.

Puis arrivent les joueurs, au rythme de cette musique connue de tous (si si, ne faites pas les innocents, vous la connaissez). Des joueurs qui au passage sont taillés comme des cotons-tiges et choisissent pourtant d’arborer des maillots très près du corps. Mention spéciale à Robben dit le Jason Statham du pauvre. Pour le coup, la supercherie est un peu trop évidente et il faudra songer à rendre son jeu de maillots à l’équipe des poussins du Bayern une fois la rencontre terminée. D’ailleurs à titre de comparaison puisque l’on évoquait le match foot/rugby dans l’introduction, une vidéo pour se faire un avis :


Nike Ribéry vs Clerc 1

Mais passons donc à chaque équipe pour rentrer dans le vif du sujet. Chauvinisme oblige, nous débuterons avec Marseille. Et puis aussi car c’est quand même eux qui nous ont le plus fait marrer. Après les cinq premières minutes passées avec un sentiment bizarre de déjà-vu, une mélodie se met à résonner doucement dans ma tête. Puis viennent les paroles : « Personne dans le monde… ne marche du même pas… » Mais oui c’est évident ! Ce cher Loïc Rémy n’est autre que Willy Jackson dans la série consacrée aux deux frères venus d’Harlem. Sauf que pour le coup, Rémy est seul et bien seul sur le front de l’attaque olympienne, Valbuena ne tenant vraiment pas la comparaison avec Gary Coleman malgré des talents d’acteurs indéniables.

Mathieu-Valbuena-face-au-Bayern-930x620_scalewidth_630

Le scénario était : « Vous venez de recevoir une balle. » Chacun son interprétation.

Ensuite c’est le début du show des Brésiliens Ecoprix, Elinton Andrade en tête (à sa décharge, il a passé 90 minutes sur la pelouse). Bon déjà, un gardien brésilien ça n’a jamais été un gage de qualité et rappelons qu’en 98, Taffarel (seul gardien auriverde digne de mémoire) repart avec trois pions dans la musette. Bref, Andrade, à peu près trois matchs au compteur, n’est pas l’assurance tous risques de l’OM et va s’employer à le prouver. Pour le peu de rencontres qu’il dispute, le brésilien n’a pas vraiment envie d’abîmer ses gants et compte bien garder encore une année cette paire. Du coup il préfère mettre les pieds. Et quand ce n’est pas possible, et bien ça fait but. Vexé par ce compatriote qui tente de lui piquer la vedette, Brandao fait son entrée un peu après l’heure de jeu, le temps de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’avoir une coordination psychomotrice parfaite pour devenir
joueur de football professionnel. Merci de donner de l’espoir aux gens!

Ah et pour finir de taper sur les souffre-douleurs, il faut tout de même saluer la performance d’Alou Diarra qui postule visiblement pour doubler les séances en slow-motion du prochain Matrix. L’avantage pour lui c’est qu’il devrait pouvoir enfiler directement une chemise et rentrer chez lui sans passer par la douche. Dans une société où l’on n’a plus le temps pour rien, c’est une belle
économie.

Pour être poli, il me faut évoquer aussi les joueurs adverses, les Bavarois. Evidemment celui qui vient le premier à l’esprit c’est Ribéry qui a cristallisé toutes les attentions durant cette rencontre. Ancien de la maison olympienne, il n’y a pas laissé un souvenir impérissable apparemment. Ou plutôt si, mais pas tout à fait positif. Résultat, il va passer tout le match à se faire siffler à chaque touché de balle, et à vrai dire, on ne peut pas totalement en vouloir aux supporters. D’ailleurs au final, ils ont été plutôt sympas avec lui en déployant une bannière en son honneur : « Arrête de courir, ton cerveau n’arrive pas à suivre. » Un beau compliment quand même puisque cela sous-entend que sa boîte crânienne ne serait donc pas vide…

Et pour le reste de l’équipe ? Ça joue tranquille (enfin toujours plus rapide qu’Alou Diarra) et ça gagne. Il faut quand même noter la prestation du capitaine, Philipp Lahm, surprenant de sérénité et de solidité. Avec ses 1,70m au garot, il faisait figure de géant face à Valbuena, et il l’a démontré dans le jeu. De quoi s’attirer les louanges de Lizarazu, qui a tout de même tenu à rappeler implicitement que lui était quand même meilleur.

Et au final ? Deux buts propres et nets comme on dit, un par mi-temps, un du droit, un du gauche pour ne pas faire de jaloux. En langage footballistique, ça signifie à peu de choses près que l’OM est bien mal embarqué pour aller se qualifier à Munich. Un handicap de deux buts, et une différence certaine de niveau devraient logiquement enterrer leurs derniers espoirs. Chauvinisme (et raisons économiques) oblige, TF1 devrait probablement diffuser le match retour même si les Marseillais n’ont plus vraiment d’espoir et que se jouera en même temps Barcelona-Milan AC où rien n’est encore fait… De quoi se marrer encore 90 minutes, alors ne ratez pas ça.

D’ailleurs ça sera une nouvelle fois l’occasion de retrouver le superbe duo, CJP-Lizarazu toujours au top qui arrive quand même à conclure le match par un « Il reste de l’espoir. » Manque total de discernement ou tentative désespérée de vendre la rencontre à venir, on ne saura jamais. Toujours est-il que le duo nous a encore régalé de son art. Pour qu’on en vienne à se demander si dans le couple, ce n’est pas CJP que l’on supporte le plus, imaginez un peu !

Pour conclure, on retiendra quand même qu’un match de football, de temps en temps, c’est quand même sympathique. Et puis à quelques mois/semaines de l’Euro, il va bien falloir commencer à se réhabituer. La courte hégémonie du rugby touche à sa fin et dès le mois de juin, le football va reprendre ses droits, soyez prêts. On vous aura prévenu !

S.K